Logo_mrc.jpg Les difficiles conditions du maintien de sa candidature fait aujourd’hui renoncer Jean-Pierre Chevènement à être candidat à l’élection présidentielle.

Les trois mois de campagne qui se sont écoulés ont cependant permis de faire entendre une voix qui, sinon, aurait manqué : la crise majeure que vivent aujourd’hui notre pays l’Union européenne et le monde confirme les analyses développées par Jean-Pierre Chevènement depuis plus de vingt ans, et notamment sa critique d’une construction européenne obsédée par la politique de l’euro fort.

Cette campagne, courte mais « pédagogique », a sans doute contribué à « faire bouger les lignes », en amenant de nombreux citoyens, et les deux principaux candidats de gauche encore en lice, à bien comprendre la nécessité de revoir en profondeur les objectifs européens.

Nous avons défendu et continuerons de défendre dans les semaines et les mois qui viennent une monnaie moins chère ; une Europe de la croissance plutôt que de la rigueur ; une souveraineté budgétaire, fiscale, énergétique, diplomatique et militaire, contestées par le nouveau traité européen, mais indispensables au respect de la souveraineté du peuple qui fonde la République ; une Europe des nations, ancrée dans un monde multipolaire, et ouverte notamment vers la Méditerranée.

Le MRC, bien entendu, fera entendre cette voix à l’occasion des élections législatives de 2012, notamment dans les Alpes-Maritimes.

Ladislas POLSKI Président départemental et secrétaire national du MRC Conseiller régional PACA